Moins de postes fixes, plus de mobilité

L'ère des ordinateurs de bureau serait-elle révolue ?

Même si les fabricants n'ont cessé d'amélioré leurs produits en terme d'encombrement (les écrans cathodique CRT, volumineux, ont cédé la place aux écrans plats et autres dalles depuis longtemps, et les tours ont suivi la même cure d'amincissement en se faisant de plus en plus discrètes), il semblerait que l'époque de l'ordinateur personnel à papa appartiennent au passé.

La preuve avec l'explosion du nombre des ventes de tablettes tactiles et de la panoplie d'appareils connectés à Internet :

Le marché des ordinateurs entre dans son quatrième trimestre "noir" avec cette fois-ci un recul de 14% des ventes en ce début d'année 2013 selon IDC. Gartner estime que le premier trimestre a enregistré moins de 80 millions de PC vendus dans le monde entier, ce qui n'est quand même pas rien mais accentue la tendance à la baisse constatée depuis plusieurs mois.

Sources : http://www.gartner.com/newsroom/id/2420816 et http://www.idc.com/getdoc.jsp?containerId=prUS24065413

Nomade dans le cloud

Le déclin des postes de travail traditionnels s'explique principalement par le succès des tablettes-PC : 191 millions d'unités sont prévues pour être vendues cette année 2013, ce qui représente une hausse d'environ 50%. Au delà de l'aspect pratique, cette adoption massive peut se comprendre au travers des points suivants :

  • La miniaturisation des composants électroniques permet de produire des appareils relativement performants et autonomes sur le plan de l'alimentation électrique
  • Les applications nécessaires sont revues à la baisse : une tablette ne peut rivaliser avec une station de travail et n'en a pas la prétention. Il s'agit de se contenter de quelques programmes informatiques, pas d'avoir des dizaines et des dizaines de logiciels multimédia.
  • Un nombre croissant de développements en génie logiciel est dématérialisé "dans le cloud" : on installe de moins en moins de programmes lourds sur son poste, et on télécharge de plus en plus de petites API qui font la passerelle entre le poste utilisateur et le logiciel accédé via Internet. On revient ainsi aux débuts de l'informatique, où un poste gérait et distribuait des applications à des terminaux dits "stupides".

Tendance du marché

Sans prétendre lire l'avenir dans ma boule de cristal, je prédis que le marché du matériel informatique va connaître une mutation profonde dans les mois à venir.

  1. D'une part, les constructeurs vont se concentrer sur les deux extremités de segments des utilisateurs : soit les professionnels qui auront toujours besoin de stations de travail puissantes pour le calcul, le rendu, l'analyse et le traitement de données, soit le grand public qui cherchera un produit connecté pratique et peu onéreux;
  2. D'autre part, les utilisateurs vont pousser la tendance à la facilité d'utilisation amenée par les écrans tactiles. L'ergonomie et l'expérience utilisateur (UX) vont être au centre des enjeux hardware et software pour les prochaines années.

La conséquence ?

Un abandon des ordinateurs d'entrée et de milieu de gamme, que l'on trouve autour de 400 euros actuellement. Ces machines aux performances "trop moyennes" et peu pratiques vont faire partie des sasfépu de demain... Qu'il s'agisse de PC portables (qui résisteront un peu mieux à l'effritement du marché) ou de boitiers et tours fixes, 2013-2014 semble synonyme de "date de péremption" pour ces produits devenus de grande consommation dans les foyers des pays riches ou en voie de développement.