Où sont passés les PC de bureau ?

Lorsque la célèbre grande surface dont les initiales commencent par un prénom fait déposer son prospectus de produits high-tech dans ma boîte aux lettres, je dois avouer que, geek dans l'âme, je ne peux me résoudre à le jeter directement dans le bac jaune de tri sélectif. Il faut toujours que j'y jette un œil. Et là, surprise...

La dernière fois que je suis allé dans le magasin réél, c'est à dire les locaux de l'enseigne avec leurs rangées de caisses enregistreuses, leurs rayonnages et leurs têtes de gondoles avec de fausses promotions toutes destinées à tromper le consommateur (le webmarketing n'a rien inventé, les fameux "lots de 3" sont toujours plus chers que si vous achetiez le produit au détail), bref, c'était il y a quelques jours, j'ai pu voir au rayon culturel et multimedia, appelez-le comme vous le voulez, mais en tous cas dans cette surface de vente privilégiée dédiée à la vente un peu plus au calme, loin désormais des produits électroménager blancs et des étals de poisson, des rangées d'ordinateurs, de tablettes et de smartphones. En parcourant les contre-allées, j'ai aussi pu voir les tours PC de bureau, désormais en bas et donc moins exposées, mais quand même relativement bien représentées.

Or là, j'ouvre le dépliant format journal, et que vois-je ?

  • 5 PC portables (dont la première et la dernière de couverture)
  • 3 tablettes tactiles
  • des produits high-tech dont souvent 1 par catégorie (1 APN, 1 reflex numérique, 2 imprimantes, quelques écrans TV...)
  • 2 unités centrales PC

Donc, je me dis : que vont-ils faire de tout le stock d'unités centrales qui restent en magasin et au dépôt, si les tours sont si peu représentées dans les publicités ?

Des tours bradées ?

C'est ce qu'on pourrait penser, maintenant que les unités centrales n'ont plus le vent en poupe. Quelque part, c'est bien normal : disgracieuses, bruyantes, attrape-poussières avec leurs nids de câbles emberlificotés , les ordinateurs dans leurs lourds châssis d'acier représentent un marché mourant, comme nous l'avons déjà évoqué à propos du parc informatique mondial.

Pourtant, les usages de ces vieux micro-ordinateurs n'est pas seulement destiné à une utilisation mono-tâche comme décrite dans l'article sur le recyclage de vieux PC

Et pour cela, les unités centrales des grandes surfaces affichent des caractéristiques intéressantes, qui permettent, pour simplifier, de faire tourner des jeux PC très gourmands en processeur graphique et en mémoire d'il y a 2 ou 3 ans sur des tours moyenne gamme aujourd'hui vendues autour de 350 euros neuves. Comparativement, ces jeux exigeaient à l'époque des configurations de gamer hardcore dont l'addition montait souvent autour des 1 500 euros. La loi de Moore, on le sait, est inéluctable, même si elle ne se vérifie pas avec une précision d'horloge suisse.

Que penser alors de ces tours qui ne sont pas bradées, surtout si on les compare avec des portables dont les prix sont équivalents ?

La suite dans un comparatif à venir !