La sauvegarde informatique des données, aléatoire dans les entreprises

Qu'il s'agisse de TPE, PME ou grands groupes informatiques, la considération de la sauvegarde de données au sein de la structure est presque toujours liée à une notion d'image (disque ?) presque toujours liée à l'échelle de la structure. Plus l'entreprise est importante, plus ses activités sont segmentées en pôles bien distincts, d'où l'on différencie les rôles de production, de management, de qualité, de maintenance, d'administration, etc... A l'heure de l'omniprésence de l'outil informatique à tous les postes de la société, le service "informatique" endosse l'énorme responsabilité d'assurer l'outil de production, sa maintenance et sa bonne exploitation et gestion.

Dans les PME ou TPE, pas ou peu de DSI, cette fonction étant laissée au salarié "le plus à l'aise avec tout ça". Certaines fois, des copies sont effectuées sur clé USB ou disque dur externe, sans réelle organisation ni archivage.

Et pourtant, qu'il s'agisse d'une multinationale ou d'une PME, les flux de données qui passent et sont traités par les ordinateurs sont identiques : de l'information, dont une partie charrie la richesse de l'entreprise : fichiers clients, comptabilité, documents stratégiques et autres codes d'accès aux services de type SaaS.

La stratégie de sauvegarde des données de l'entreprise devrait donc être définie et appliquée quelle que soit la taille de l'entreprise.

De l'intérêt d'une vraie stratégie de sauvegarde de données

sauvegarder des données ne se limite pas à copier simplement ses fichiers sur un autre support de stockage que le disque dur principal de son ordinateur. C'est certes une première étape, mais qui ne garantit en rien la maintenance de tous les aspects liés à la productivité et à l'activité de l'entreprise. En effet, si vous n'avez sauvegardé que vos fichiers administratifs par exemple, qu'en est-il des logiciels et de leurs configurations pour utiliser ces même documents administratifs ? En cas de plantage de la machine, vous n'êtes pas sûrs, selon les logiciels, de pouvoir utiliser à l'identique (calibrages et paramétrages particuliers de fonctionnalités par exemple) vos fichiers sur une machine "vierge". Il s'agit donc de considérer la sauvegarde informatique dans son ensemble ! Cette sauvegarde d'environnement (système d'exploitation, logiciels configurés) est donc à prendre en compte au même titre que la sauvegarde des données exploitées dans et par cet environnement.

Dans le même ordre d'idée, il convient de déterminer les risques d'incident ou d'accident de données. Ne considérer que le problème logiciel (bug informatique, virus, piratage...), c'est se reposer sur la certitude que matériellement tout est en ordre de fonctionnement, et qu'une ré-installation des programmes peut permettre de repartir sans grandes pertes. Mais le problème peut être plus général, comme un incendie ou une inondation. Bien que peu probables, ces menaces sont néanmoins réelles. Et sans être aussi catastrophique, des variantes mineures peuvent tout aussi bien interrompre l'activité de l'entreprise plus ou moins longtemps, comme : la panne électrique : vous n'avez pas d'onduleur et des travaux dans le quartier ont privé votre installation de courant... de la "simple" perte des données non enregistrées à la dégradation des pistes du disque dur en passant par la rupture de l'alimentation ou la carte mère qui grille... D'autant plus si vous ne pouvez intervenir immédiatement et que votre système ré-démarre : une deuxième coupure en plein reboot aggraverait la situation... et ainsi de suite.

Encore plus simple et radical : le vol. Vous vous assoupissez dans le train et vous ne sentez personne prendre la sacoche d'ordinateur portable à vos pieds. Résultat : plus rien.

Pour ces derniers scenarii-catastrophes, le salut réside dans la sauvegarde dite "de recours", conservée dans un endroit physiquement séparé. Qu'un avion de ligne s'abatte sur votre bureau ou qu'un cambrioleur dévalise vos locaux, vous avez sauvegardé vos données ailleurs.

Tout ceci n'est que la première facette, théorique. Nous aborderons prochainement l'aspect pratique avec la vérification de ces sauvegardes informatiques effectuées : sont-elles effectivement réutilisables ? comment ? Quelles précautions prendre ?

Quelle terminologie pour la sauvegarde informatique ?

L'univers de la sauvegarde de données est vaste, puisqu'il s'adresse dans sa globalité à tous les utilisateurs de l'outil informatique.

Du développeur fou qui passe 8 heures par jour à coder à l'utilisateur occasionnel qui ne transfère que très rarement quelques photos sur son disque dur, les besoins sont très éloignés. Certes, la sauvegarde permet de se prémunir de toute défaillance technique, erreur humaine, vol ou catastrophe naturelle, etc  mais les besoins exprimés seront différents. Par exemple, "stockage de photos" pour l'un alors que l'autre choisira plutôt des termes de recherche comme "backup à chaud".

En fonction de sa cible, l'écosystème de la sauvegarde est ainsi requalifié en permanence.